Concilier « business » et conscience environnementale

Accusé de tous les maux, le capitalisme est présenté par certains comme vivant ses derniers jours. Pour d’autres le secteur privé des entreprises est perçu comme une solution en réponse à l’inertie des Etats. Entre une indispensable décroissance et une nécessaire croissance verte : un chemin est à tracer.

On s’inscrira ici dans la lignée de Bertrand Piccard (entre autres) dont on a déjà parlé en partant du principe que le progrès environnemental se fait en cherchant la voie pragmatique du milieu : en mettant de côté tout excès mortifère, et les mensonges d’un certain greenwashing.

Continuer

En finir avec la technologie jetable !

Attention, ceci est un billet d’humeur ! A futur-durable, nous sommes plutôt technophiles et faisons partie de ceux qui pensent que la technologie peut apporter des réponses à la crise environnementale. La science, la technologie permettent de mieux comprendre, modéliser, les aléas climatiques. Les avancées technologiques peuvent nous permettre de vivre mieux et de nous passer éventuellement des hydrocarbures.

Mais il ne faut bien entendu pas faire une confiance aveugle envers les progrès technologiques. Comme l’évoquent Bertrand Piccard, Jean-Marc Jancovici et bien d’autres, pour un futur durable, l’approche du progrès technologique se doit d’être raisonnée.

Hélas toute innovation ne va pas dans ce sens et on l’a vu, la technologie peut aussi avoir des effets pervers (déjà celui de croire qu’elle peut apporter la réponse à tout).

Continuer

Le plastique jetable hors-la-loi !

Futur-Durable.fr à le plaisir de vous annoncer la sortie de sa première vidéo.

Depuis 2010, les textes se succèdent pour organiser la transition environnementale.

Le rythme est trop lent pour certains, trop rapide pour d’autres, mais au moins on ne fait plus du « sur place ».

En 2020, la loi « AGEC » a mis en place une stratégie de sortie d’une société trop qui a développé une addiction au plastique jetable.

Quelle est cette stratégie ? Pourquoi faut-il sortir de cette dépendance ? Le recyclage des déchets plastiques n’est-il donc pas suffisant ? Quels sont les impacts dans notre quotidien ? Ces questions sont légitimes et se posent, parlons en dans cette première vidéo qui s’inscrit dans la continuité de ce billet.

Désolé la qualité sonore ce certaines séquences n’était pas optimale.

Nous « tenterons » (dans la limite du temps libre disponible) de faire des vidéos thématiques sur le site et notre chaine Youtube.

N’hésitez pas à nous laisser des commentaires, suggestions ou idées de sujets et à vous abonner !

Chronique de la mort annoncée du plastique jetable

On a beaucoup décrié les textes de loi de ces dernières années en matière environnementale. Certains contestent le manque d’ambition du législateur. D’autres au contraire le caractère irréaliste des mesures proposées. Au final, selon que l’on se place du côté de ceux qui veulent une transition environnementale rapide ou de ceux qui voudraient que rien ne bouge, les avis s’opposent.

Nous nous sommes « amusés » à reprendre les textes de loi et à regarder de plus près ce qu’il en est réellement en prenant comme exemple les plastiques jetables et certains autres aspects qui nous toucheront au quotidien.

Chacun jugera, mais voici ce que donne la lecture des dernières lois de 2015, 2020 et la dernière en date, la loi « Climat – résilience » d’aout 2021.

Regarder ces textes est pertinent au-delà du contexte franco-français. Ils présentent une stratégie nationale certes, mais sous influence européenne. Surtout, ils sont la conséquence d’une évolution toit à la fois de notre société et d’une réalité : la fin du pétrole (entre autres car tous les plastiques ne proviennent pas du pétrole).

Continuer

Connaissez-vous la phytoextraction ?

Non la phytoextraction n’est pas une nouvelle médecine douce (quoique … il s’agit tout de même de guérir de certains maux si on y réfléhit). Selon wikipédia, il s’agit « (d’)une des méthodes de phytoremédiation qui utilise des plantes absorbant et concentrant dans leurs parties aériennes les polluants contenus dans le sol (souvent des Éléments-traces métalliques : ETM) ». En d’autres termes, pour reprendre actu-environnement, ce terme « Désigne l’utilisation de plantes pour l’extraction de polluants (tels que les métaux) de l’environnement (en particulier du sol). Quand les plantes sont saturées en polluants, elles sont récoltées. »

Continuer

La greffe de la réparation semble prendre … et fait face à la pénurie de main d’œuvre

Après les terribles décennies du jetable, il semble que l’orientation en faveur de la récupération et de la réparation prenne peu à peu de l’ampleur et c’est tant mieux.

Un réel décollage du secteur de la réparation

Selon le site Novethic, de plus en plus de consommateurs se décident à faire réparer ou réparer eux-mêmes leurs objets plutôt qu’à les remplacer. Nous avions déjà dans un précédent billet évoqué cette tendance et quelques sites qui aident les personnes à se lancer dans la réparation, l’émergence de repaire cafés, etc.. Du reste certaines entreprises de plus en plus s’orientent sur cette activité de la réparation et le SAV de certains groupes, vu parfois comme la cinquième roue du carrosse est en passe de devenir pour ces sociétés le point nevralgique. Des sociétés dédiées à la cause apparaissent désormais comme la société Murfy qui propose tout un ensemble de prestations à domicile pour donner une seconde vie aux objets.

Continuer

Des nouvelles en vidéo du projet Manta

C’est aujourd’hui, après un teasing depuis quelques jours que the SeaClaners (projet du navigateur Yvon Bourgnon, dont nous avions précédemment parlé) présente ses avancées sur son projet Manta, ce navire ayant vocation à collecter et traiter les déchets marins.

Pour l’occasion, une nouvelle vidéo a été publiée pour présenter le projet :

Au-delà de cette vidéo, la page dédiée de l’association comporte des détails intéressants sur le projet. D’après le fil de tweets de l’association, la première campagne de collecte du Manta devrait débuter en 2024.

Ainsi 2019 et 2020 étaient des années dédiées au montage du cahier des charges et définition du projet. 2021 devrait permettre de passer en phase exploratoire des premiers sites d’intervention du navire et la sélection des équipements et la consultation des chantiers navals. 2022 devrait ensuite être l’année qui verra le début de la construction du navire jusqu’à 2023.

Boeing à son tour présente sa feuille de route pour une aviation plus propre

Comme nous l’évoquions dans un billet précédent, ça bouge du côté de l’aviation (au moins sur le papier). Boeing s’est ainsi engagée sur une flotte sans kérosène d’ici 2030 et à terme hybride oui électrique.

Vendredi 22 janvier, le constructeur Boeing a ainsi annoncé s’engager à ce que ses modèles d’avions soient capables de voler sans kérosène d’ici 2030. Le secret n’est pas de doter chaque passager d’un vélo pour alimenter l’avion (désolé, mauvaise blague du samedi matin) mais de s’appuyer sur les « SAF » (sustainable aviation fuel), en bon français les « carburants d’aviation durables ».

Continuer

Atteindre la neutralité carbone en une année, c’est possible !

Futura-sciences (site que nous affectionnons beaucoup) a publié hier un article assez intéressant et qui fait du bien en ces temps complexes de crise sanitaire : « Défi climat : un an pour atteindre la neutralité carbone« . Le site fait état de la proposition de Pierre Meyssignac, un professeur de l’École européenne de Munich en Allemagne qui propose à chacun de participer a un « Défi climat » consistant a atteindre une neutralité carbone en une année.

Bien entendu au-delà du défi en lui-même, l’intérêt de la démarche est quelle guide le lecteur, le participant, avec des solutions tout à fait surmontable.

Du reste comme le relève Nathalie Mayer, journaliste à Futura-Sciences il s’agit aussi de se donner un objectif qui donne de l’espoir, que cet objectif n’est pas insurmontable :

« Mais ne l’imaginez pas baissant les bras. « L’idée de notre Défi climat, c’est aussi de donner un petit peu d’espoir. De manière individuelle, nous pouvons nous lancer ce défi de la neutralité carbone. » Comme Pierre, je veux aujourd’hui y croire. Et j’espère que mes changements de comportement pourront faire un peu boule de neige. « Acheter vos fruits à un producteur sur un marché qui n’est pas soumis aux standards de forme notamment, comme l’est le supermarché, peut entraîner, à terme, une modification du système d’approvisionnement bénéfique à tous. »

Nathalie Mayer, Futura-Sciences

Il s’agit d’un article intéressant, qui fait du bien et donne envie de se lancer (ou de se lancer encore plus) dont nous ne pouvons que recommander la lecture !

De manière plus large on ne peut que se féliciter de la démultiplication de ces démarches « positives » qui montrent que la crise climatique ne doit pas être traitée que sous un angle anxiogène mais aussi sous un angle positif en présentant des solutions, des démarches et leur aspect ludique.

La barbe ! Ou comment choisir un rasage avec le moins de déchets

Depuis l’adolescence, l’auteur de ces lignes n’aime pas se raser. C’est un plaisir pour certains et c’est tant mieux, mais ce n’est pas pour moi. Mais, avec la vie active (qu’on placera à la fin des années 90 – début des années 2000) la barbe n’était pas à la mode et il fallait se raser. Ayant la barbe dure, il fallait se résoudre au rasage à la main.

Cette période des années 2000 a connu la surenchère du jetable allant de deux lames, à 3 lames, 4 lames et j’ai perdu je compte depuis. A l’époque déjà ces déchets me gênaient un peu mais la conscience environnementale était un peu moindre à l’époque : je croyais encore qu’il suffisait juste de recycler pour que tout soit merveilleux, hélas ce n’est pas aussi simple. Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas.

Continuer
1 2