Crise énergétique : arrêtons d’éclairer le ciel !

Les astronomes amateurs vous le diront : la pollution lumineuse de nos villes et villages est une catastrophe pour observer le ciel … mais ce n’est pas le seul problème.

Il y a quelques jours de cela un élu d’une commune nous expliquait de manière incidente que sa commune, dans le Limousin, avait fait le choix il y a plusieurs années de cela de réduire l’éclairage la nuit, non pas pour faire des économies, mais par conviction environnementale et préserver la biodiversité.

Continuer

Bertrand Piccard : un réaliste au service de la cause environnementale

Vous connaissez sans doute — peut-être sans le savoir — Bertrand Piccard (site officiel). Il est entre autre le concepteur du projet Solar Impulse, cet avion solaire avec lequel il a fait le tour du monde. Il revient aujourd’hui via sa fondation pour apporter des solutions concrètes, opérationnelles fasse aux défis du changement climatique et plus largement de la planète.

Loin d’être dogmatique, Bertrand Piccard part du principe que notre humanité a besoin désormais de propositions simples, opérationnelles, concrètes, en un mot : réalistes. Au final trop souvent on se focalise sur les problèmes mais à ne parler que de ces derniers — alors qu’ils sont bien connus — on cultive l’inertie :

[…] les mises en garde habituelles sur les changements climatiques n’aboutissent pas à grand-chose. Il s’agit d’une rengaine qu’on entend depuis des décennies. A force de répéter la liste des problèmes colossaux à l’échelle mondiale, sans mentionner les solutions, on aboutit à la paralysie. On déprime les gens, qui se disent que cela ne sert plus à rien de tenter quoi que ce soit à leur niveau, tant la catastrophe est globale et inévitable.

Le but du livre de Bertrand Piccard est d’apporter des solutions, en prenant en compte la réalité de la situation mais aussi de comment fonctionne l’homme pour « Sortir du dilemme actuel entre décroissance menant au chaos social et consumérisme effréné conduisant au désastre écologique« 

Continuer

Le futur de la voiture électrique sera peut-être solaire

Les prochaines voitures électriques seront-elles solaires ? c’est en tout cas ce que pense la société Lightyear. Certains véhicules disposent déjà de cellules photovoltaiques pour recharger en partie leurs batteries (ex: certaines Prius). De même solar impulse a démontré la faisabilité technique d’un avion solaire.

Lightyear a ainsi réussi à démontrer la faisabilité d’une voiture, la Lightyear One, qui pourrait être alimentée par la seule énergie solaire (le véhicule dispose de 5m2 de cellules) et la récupération d’énergie (comme les autres véhicules électriques). Ainsi 1 heure de charge solaire apporterait 12km d’autonomie, ce qui permet d’envisager sur des cycles urbains un véhicule totalement autosuffisant.

Continuer

Le plastique jetable hors-la-loi !

Futur-Durable.fr à le plaisir de vous annoncer la sortie de sa première vidéo.

Depuis 2010, les textes se succèdent pour organiser la transition environnementale.

Le rythme est trop lent pour certains, trop rapide pour d’autres, mais au moins on ne fait plus du « sur place ».

En 2020, la loi « AGEC » a mis en place une stratégie de sortie d’une société trop qui a développé une addiction au plastique jetable.

Quelle est cette stratégie ? Pourquoi faut-il sortir de cette dépendance ? Le recyclage des déchets plastiques n’est-il donc pas suffisant ? Quels sont les impacts dans notre quotidien ? Ces questions sont légitimes et se posent, parlons en dans cette première vidéo qui s’inscrit dans la continuité de ce billet.

Désolé la qualité sonore ce certaines séquences n’était pas optimale.

Nous « tenterons » (dans la limite du temps libre disponible) de faire des vidéos thématiques sur le site et notre chaine Youtube.

N’hésitez pas à nous laisser des commentaires, suggestions ou idées de sujets et à vous abonner !

Chronique de la mort annoncée du plastique jetable

On a beaucoup décrié les textes de loi de ces dernières années en matière environnementale. Certains contestent le manque d’ambition du législateur. D’autres au contraire le caractère irréaliste des mesures proposées. Au final, selon que l’on se place du côté de ceux qui veulent une transition environnementale rapide ou de ceux qui voudraient que rien ne bouge, les avis s’opposent.

Nous nous sommes « amusés » à reprendre les textes de loi et à regarder de plus près ce qu’il en est réellement en prenant comme exemple les plastiques jetables et certains autres aspects qui nous toucheront au quotidien.

Chacun jugera, mais voici ce que donne la lecture des dernières lois de 2015, 2020 et la dernière en date, la loi « Climat – résilience » d’aout 2021.

Regarder ces textes est pertinent au-delà du contexte franco-français. Ils présentent une stratégie nationale certes, mais sous influence européenne. Surtout, ils sont la conséquence d’une évolution toit à la fois de notre société et d’une réalité : la fin du pétrole (entre autres car tous les plastiques ne proviennent pas du pétrole).

Continuer

Pour capter le CO2 êtes vous plutôt « roots » ou « techno » ?

On ne vous apprendra rien chers lecteurs, l’enjeu du siècle est — entre autres — de réussir à agir sur nos émissions de CO2. Pour ce faire plusieurs pistes comme nous l’avons déjà évoqué (ici, ou encore ici pour ne citer que quelques billets de ce site).

Camp des « roots » : les arbres et plantes

Un piège a carbone sont on parle souvent — et pour cause il est connu depuis bien des siècles — consiste évidemment à s’appuyer sur les capacités d’absorption des arbres et comme le rappelait sur ce point l’Europe n’est pas en reste. Ainsi cette année les Etats européens se sont engagés à planter 3 milliards d’arbres de plus à l’horizon 2030 pour permettre une réduction de 55% de ses gaz à effet de serre (en prenant comme référentiel l’année 1990. Rappelons au passage que la France par exemple a beaucoup plus d’arbres qu’a la fin du XVIIIème siècle).

Continuer

Connaissez-vous la phytoextraction ?

Non la phytoextraction n’est pas une nouvelle médecine douce (quoique … il s’agit tout de même de guérir de certains maux si on y réfléhit). Selon wikipédia, il s’agit « (d’)une des méthodes de phytoremédiation qui utilise des plantes absorbant et concentrant dans leurs parties aériennes les polluants contenus dans le sol (souvent des Éléments-traces métalliques : ETM) ». En d’autres termes, pour reprendre actu-environnement, ce terme « Désigne l’utilisation de plantes pour l’extraction de polluants (tels que les métaux) de l’environnement (en particulier du sol). Quand les plantes sont saturées en polluants, elles sont récoltées. »

Continuer
1 2 3 4