La transition énergétique dans les mobilités, des révolutions en marche ?

2020 semble être l’année de décollage du véhicule électrique, malgré la crise sanitaire et si un trublion n’y est peut-être pas pour rien en ayant secoué un peu tout cela, il faut reconnaître que les constructeurs historiques ont joué le jeu : presque tous les constructeurs ont désormais un véhicule de série ou un projet à brève échéance de véhicule électrique ou à hydrogène.

Il faut certes relativiser, en France les véhicules électriques et hybrides représentent 9% de part de marché seulement en France en septembre 2020, mais c’est en terme de croissance phénoménal, et si en 2020 la croissance des ventes a été ralentie avec la crise sanitaire, la tendance reste au passage progressif au véhicule « plus vert », avec signalons le Tesla et le constructeur national Renault avec la Zoé et Nissan qui se partagent le podium : le succès récompense donc ceux qui y ont cru plus tôt que les autres.

Continuer

Retour d’expérience : 1 année en véhicule électrique. Le point sur le choix de cette technologie de véhicule.

Voici de cela plus d’une année, en décembre 2018 pour une livraison en mars 2019, nous décidions de franchir le pas de l’électrique. Ce choix n’a pas été facile, de nombreuses questions se posaient. Nous ne parlerons pas ou peu ici d’une marque en particulier, il s’agit plus de faire état d’un retour d’expérience sur l’usage d’un véhicule électrique et les nombreuses questions qui ont pu se poser.

Continuer

Tondre autrement pour préserver la biodiversité

Il est révolu le temps où il était important d’avoir une pelouse ne dépassant pas les 2cm de haut. Avec le recul on réalise que la tonte exagérée de nos terrains et jardins peut s’avérer néfaste pour la biodiversité.

Si l’on ajoute à cela la monoculture de certains territoire : c’est un effondrement massif — et pourtant évitable — qu’on organise malgré nous de certaines espèces. Au contraire laisser pousser en certaine saisons les plantes permet de préserver certaines espèces.

Adnaturam, propose des suites de planches pédagogiques sur de nombreuses thématiques dont celle-ci. Un dessin valant mieux qu’un long discours, voici précisément une illustration très pédagogique faite par cette association sur comment mieux tondre (le site comporte de nombreuses autres illustrations et articles des plus intéressants) :

Continuer

Un site de l’ADEME pour se mettre le pied à l’étrier en faveur de la transition écologique

Il est souvent difficile de savoir par où commencer pour apporter son humble participation à la nécessaire transition écologique.

L’Ademe (agence officielle de la transition écologique) a mis en place un portail « Agir pour la transition écologique » pour permettre a tous les acteurs de se lancer.

Le site recense de nombreuses informations, aide à démystifier certains mécanismes, principes et faits le tri entre le vrai du faux. Il comporte aussi des fiches pratiques autour de sujets comme la climatisation, mieux consommer, la rénovation eco-responsable, etc. ainsi que des guides pour être accompagner (aides et financements disponibles).

Le fait que le site comporte 3 accès différents (selon que l’on soit particulier, professionnel ou collectivité locale), permet à chacun de disposer d’un accès avec les informations seules pertinentes par rapport à sa situation.

La barbe ! Ou comment choisir un rasage avec le moins de déchets

Depuis l’adolescence, l’auteur de ces lignes n’aime pas se raser. C’est un plaisir pour certains et c’est tant mieux, mais ce n’est pas pour moi. Mais, avec la vie active (qu’on placera à la fin des années 90 – début des années 2000) la barbe n’était pas à la mode et il fallait se raser. Ayant la barbe dure, il fallait se résoudre au rasage à la main.

Cette période des années 2000 a connu la surenchère du jetable allant de deux lames, à 3 lames, 4 lames et j’ai perdu je compte depuis. A l’époque déjà ces déchets me gênaient un peu mais la conscience environnementale était un peu moindre à l’époque : je croyais encore qu’il suffisait juste de recycler pour que tout soit merveilleux, hélas ce n’est pas aussi simple. Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas.

Continuer

Mobilité : déployer une flotte de bus à hydrogène

L’AFHYPAC (Association Française pour l’Hydrogène et les Piles à Combustible), laquelle comme son nom l’indique veut promouvoir la solution de la mobilité à partir de la police à combustible et l’hydrogène (qu’on oppose à la solution électrique basée sur des accumulateurs) a publié un livre blanc sur « comment déployer des bus électriques à hydrogène en france » (disponible ici).

Ce guide s’adresse principalement aux autorités organisatrices de la mobilité (AOM) qui veulent déployer cette technologie, comme l’ont fait déjà certains territoires déjà (voir ici et ici).

photo : Febus, à pau

Une boîte à outils pour accompagner les élus dans la mise en œuvre de la transition écologique

Le Ministère de la transition écologique et solidaire a publié le 26 juin dernier sa « boîte à outils des élus » à destination des élus et collectivités locales, notamment les échelons communaux et intercommunaux. On ne peut que se féliciter que l’Etat essaye de mettre le pied à l’étrier pour les nouveaux élus.

Continuer

Les propositions de la convention citoyenne pour le climat

La convention citoyenne pour le climat a donc rendu ses travaux en présentant son rapport (disponible ici). Elle a ainsi identifié autour de 5 thématiques (se déplacer, consommer, se loger, produire et travailler, se nourrir) 43 objectifs formant 146 propositions pour atteindre un objectif de diminution de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

La prochaine étape sera la déclinaison de ces propositions pour le gouvernement, l’Etat via le Président de la république s’étant engagé dans la démarche suivante (source, ministère de la transition écologique et solidaire) :

  • certaines propositions relevant du du champ réglementaire passeront en Conseil de défense écologique avant la fin du mois de juillet ;
  • d’autres seront intégrées au plan de relance soumis au Parlement à la fin de l’été ;
  • enfin, la plupart des propositions feront l’objet d’un projet de loi spécifique « multi-mesures » en septembre.

Nous reviendrons prochainement sur le sujet avec une analyse des propositions.

Nouvelle étape pour la convention citoyenne pour le climat

La Convention citoyenne pour le climat rentre les 19, 20 et 21 juin dans sa 7ème session (rappelons que les membres de cette convention, dont nous avons déjà parlé, ont continué leurs travaux en période de COVID-19 via la dématérialmisation).

Cette nouvelle session s’est accompagnée par le début d’une communication, jeudi 18 juin 2020 sur les possibles 150 propositions pour répondre à l’urgence climatique en matière de logement, consommation, institutions, agriculture, numérique. Lors de cette 7ème session, les 150 membres de la Convention devraient entériner les 150 propositions plus officiellement. Aussi il nous semble plus opportun d’attendre le résultat des travaux de cette session et la publication officielle.

En l’état les propositions sont très variées allant du bon sens, à la proposition ambitieuse mais passionnante avec parfois semble-il des enjeux qui peuvent déborder du strict défi climatique pour aller sur des questions de société (comme la diminution du temps de travail, encore que seul un journal rapporte à notre connaissance une proposition en ce sens … d’où l’importance d’attendre la publication officielle qui suivra la session de ce week-end avec la remise du rapport au Président).

Ce vendredi 19 juin sera consacré au vote final des objectifs par la commission. Samedi 20 sera plus axé sur les financements et l’opportunité de proposer un référendum sur les propositions. Enfin, dimanche 21sera plus consacré à l’adoption du rapport et sa présentation au Président de la République.

Ses travaux devraient normalement orienter les futurs projets qui seront portés par l’Etat Français et connaîtront donc en principe des déclinaisons juridiques.

Une baisse des émissions de CO2 en 2019 en France et en Europe … mais un stock dans l’atmosphère sans précédent, explications.

Le ministère de la transition écologique et solidaire a publié le 4 juin dernier, dans son fil d’actualité des chiffres positifs — on en a besoin en cette période — sur les émissions de gaz à effet de serre en France. Mais en parallèle les chiffres au niveau mondial ne sont pas bons malgré des efforts collectifs.

Une légère baisse des rejets en France en 2019, mais une présence de CO2 sans précédents en mai 2020 malgré le COVID-19

Ainsi, le centre interprofessionnel technique d’études (CITEPA) estime que sur 2019 les émissions des gaz à effet de serre de la France seraient de 441 millions de tonnes équivalent CO2, soit un baisse de 1% par rapport à 2018. Plus encourageant encore, la baisse serait sur 8% sur le secteur « ETS » qui comprend l’électricité et l’industrie. Le rapport complet peut être consulté ici. Ces annonces vont dans le sens de l’état des lieux sur la stratégie bas carbone évoquée précédemment sur ce site.

Continuer
1 2 3